Histoire de l’école

Le 27 avril 1919, sept soeurs bernardines sont envoyées à Lille et s’installent au 118 bd Vauban, dans une propriété d’un hectare achetée à une ancienne élève d’Esquermes. La 1ère Prieure du Monastère sera Dame Sainte Dosithée Macarez. L’ouverture d’un externat le 30 mai 1919 complète la fondation.

A la rentrée d’octobre 1919, 112 élèves sont inscrites à l’Institution Notre-Dame. C’est ainsi que revit à Lille l’ancien monastère d’Esquermes.

Jour après jour l’institution Notre-Dame voit grandir le nombre de ses élèves. La maison du 124 bd Vauban avec un grand jardin mitoyen est acquise en 1928. L’achat d’un hangar attenant au jardin permet l’installation de la salle de gymnastique, et celui du terrain contigu à la rue Auber fournit aux élèves une vaste cour de récréation. Quant au jardin lui-même, il apparait comme un paradis terrestre aux élèves de 1929 : un petit étang avec des poissons rouges et un jet d’eau, une serre avec vigne et raisin, une grande pelouse, de beaux arbres (un hêtre pourpre, deux hêtres pleureurs, deux magnolias, un ginko-bilobé, un tulipier…), des fleurs, des oiseaux… On l’inaugure par un joyeux pique-nique des demi-pensionnaires. L’année suivante, on place sur le tertre qui domine le petit étang la statue du Bon Pasteur, qui vient d’Esquermes et avait été confiée à des amis en 1904.

De 1931 à 1939 les années scolaires s’écoulent studieuses et joyeuses. Le nombre des élèves de l’institution Notre-Dame augmente toujours. Trois petites maisons voisines du 118, aux numéros 110, 112 et 114 sont achetées successivement pour faire face à la nécessité de locaux supplémentaires. Malgré la guerre qui survient en 1939 et un exode temporaire de la communauté, les élèves poursuivent leur scolarité jusqu’à la signature de l’armistice le 8 mai 1945.

La rentrée de 1946 est nombreuse et le nombre d’élèves se développe encore les années suivantes. Il faut bâtir, et le jardin du 118 offre un vaste terrain. En 1948 s’élève donc le 1er bâtiment des classes avec une vaste chapelle au rez-de-chaussée. En 1958 est inauguré le 2ème bâtiment qui abrite les jardins d’enfants et les classes primaires, et surtout « la grande salle » qui garde le souvenir de tant d’assemblées et de pièces de théâtre.

Des initiatives prises depuis la guerre, comme l’expérience du « jardin d’enfants anglais » en 1954, suivi du séjour de 3 mois d’une dizaine de petites filles à Westcliff en 1959, ont porté leurs fruits puisque l’expérience de l’anglais se poursuit encore aujourd’hui à l’école Thérèse d’Avila, tout au long des classes primaires.

Autre rêve : une piscine ! Il fallait que tous les élèves puissent tenter l’épreuve de nage proposée au baccalauréat. Et pourquoi ne pas commencer très tôt afin que les petites élèves apprennent à nager dès leur enfance ? C’est en juin 1966 qu’on inaugure la piscine. Autre expérience : les classes de neige inaugurées en 1965 à Saint Bernard du Touvet en Isère, sur le plateau des Petites Roches.

Votre titre va ici

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Votre titre va ici

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

En 1967, on compte 900 élèves à l’institution Notre-Dame. C’est en 1968 que fusionnent trois établissements :

  • Notre Dame de la Plaine, bd Vauban, tenu par les Sœurs Bernardines d’Esquermes
  • Saint Joseph de Cluny, rue des Frères Vaillant, tenu par les Sœurs de Saint Joseph de Cluny
  • Blanche de Castille, rue Nationale, tenue par les Dames de Saint Maur.

C’est la naissance de l’Institution Thérèse d’Avila.